Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2014

Édito : Kinésithérapie et golf, une histoire récente mais pleine de promesses

2005 : sous l’impulsion de Maitena Delamontagne, DTN et Patrice Amadieu, Directeur du Coaching, la Fédération Française de Golf crée les Pôles qui mettent entraîneurs, préparateurs physiques et divers professionnels de la santé au service des joueurs. C’est une grande première dans l’histoire de ce sport en France. En effet, jusqu’alors, seules quelques grandes figures du golf avaient réuni autour d’elles un staff complet : nommons  Raphaël Jacquelin (joueur du tour européen) avec son kiné Jean-Jacques Rivet (créateur du Biomecaswing) au sein de son staff, ou Grégory BOURDY avec Benoit Raynaud (Ostéopathe).

 

2006 : arrivée d’un Kinésithérapeute au sein des équipes de France messieurs ; le processus se généralise pour concerner, dès 2008, l’ensemble des collectifs. Relevons  tout de même ici un certain sentiment de réserve manifesté au départ par les entraîneurs et les joueurs : le golf est, avant tout, un sport de sensations. Dès lors, quel impact aura la Kinésithérapie sur le ressenti, la performance?

Pour l’anecdote : lors de mon premier déplacement avec l’équipe de France messieurs aux championnats d’Europe en 2005, j’ai effectué moins de 5 interventions en 8 jours, et ceci sur un groupe de 12 joueurs. 7 ans plus tard, en équipe nationale, entre les échauffements, les soins et la récupération, les kinésithérapeutes interviennent environ 3h par jour auprès de l’équipe ! Et désormais, plus aucun entraîneur ne partirait en campagne sans SON KINE!

 

2006-2013 : en 7 ans, grâce à cette belle expérience, j’ai fait de nombreuses rencontres - confrères, médecins, podologues, préparateurs physiques... - qui ont tous, d’une façon ou d’une autre, contribué à faire progresser et à nourrir le développement de  l’activité des kinésithérapeutes au sein du projet santé de la FFGolf. Certaines de ces rencontres ont été déterminantes: celle tout d’abord de Patrice Amadieu, qui a créé les pôles et réuni les expertises ; celle ensuite de Jean-Jacques Rivet, qui m’a aidé à développer la prévention dans le golf amateur. Enfin,  l’arrivée au sein de la FFG d’Olivier Rouillon, médecin fédéral, a permis le développement et la professionnalisation du médical au sein des structures Fédérales.

 

En effet, parallèlement à l’activité des kinésithérapeutes au sein des équipes de France, est engagé, depuis 2 ans au sein de la Fédération, un travail de prévention, d’information et de suivi des joueurs des Pôles et des joueurs professionnels, suivi qui permet de répondre efficacement à leurs problématiques. Pour ce faire, j’ai rencontré un grand nombre de confrères passionnés par le golf qui ont accepté d’être des relais pour dispenser les soins, le suivi… Je tiens d’ailleurs à remercier ici toutes les personnes qui ont répondu présent et qui forment à ce jour un réseau efficace pour les joueurs qui peuvent ainsi trouver un relais près de chez eux. C’est avec un réel plaisir que nous avons pu partager nos expériences, nos projets et trouver la motivation nécessaire à leur réalisation.

En toute logique, un certain nombre d’entre eux ont en effet souhaité par ailleurs s’investir localement dans le golf : club, ligue… ceci afin de permettre au  plus grand nombre de bénéficier de leur expertise.

 

La prévention: quelles sont ses ambitions?

  • Grâce à de fructueux échanges et rencontres, notamment avec Patrice Amadieu et J.-J. Rivet, est née l’idée de mettre en place des bilans pluridisciplinaires pour favoriser la prévention des plus jeunes. A chaque rentrée, le staff fédéral composé du médecin, du kinésithérapeute, du préparateur physique aide les entraineurs des pôles à optimiser les projets de préparation de chacun de leurs joueurs;
  • C’est aussi le projet de multiplier les espaces de récupérations sur le principe du PhysioBus de l’European Tour créé en 2009;
  • C’est enfin le désir de créer un lieu privilégié d’échange et de partage.

 

La création de ces outils a permis au plus grand nombre (joueurs, parents, entraîneurs, bénévoles...) d’essayer, et dapprécier, l’apport positif du paramédical à l’égard de la performance et ce, quel que soit le niveau de chacun.

 

Les échanges que j’ai pu avoir avec mes confrères, avec les différents partenaires santé de la FFG ainsi qu’avec tous les acteurs de la performance, m'ont permis de créer un début de réseau de partage. Ce réseau, je souhaite l’élargir et le faire découvrir à tous ceux qui contribuent à l’évolution de notre pratique professionnelle, ceci sur les bases d’un discours commun et cohérent, respectueux de l’expertise et de la liberté de chacun. Un Kinésithérapeute n’est pas un entraîneur, et inversement, et c’est bien la somme de nos qualités qui servira le joueur.

 

Les entraîneurs, les ligues, les clubs… s’intéressent de plus en plus aux bénéfices que peuvent amener les kinésithérapeutes auprès de leurs jeunes. La commission médicale de la Fédération et moi-même sommes régulièrement contactés par des confrères et des joueurs  en quête de conseils et de réponses précises à leurs attentes. C’est pourquoi je vous invite aujourd’hui à nous réunir au sein de l’AFKG – Association Française des Kinésithérapeutes de Golf -. Il me semble en effet profitable de développer un discours commun autour de la kinésithérapie/ostéopathie au sein de l’activité golfique, discours qui mette à profit les diverses expériences et qualités de l’ensemble des adhérents. Je souhaiterais retrouver dans ce cadre l’esprit d’échange, de générosité, de professionnalisme qui m’a permis de faire évoluer ce projet au sein de la FFG, projet qui me semble pertinent de proposer au plus grand nombre.

 

 

Mathias WILLAME.

Président.

22:15 Publié dans Edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : golf, prévention, présentation | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.